LA QUALITÉ DE L’AIR DES ÉCOLES EN EUROPE

Le projet SINPHONIE : La qualité de l’air dans les écoles européennes

Qualité de l’air intérieur & extérieur

Le projet SYNPHONIE c’est 37 instituts partenaires & 27 pays participants.

Les objectifs sont : 

  • Mieux identifier les effets de l’environnement scolaire (qualité de l’air intérieur, qualité de l’air extérieur, hygiène) sur la santé des enfants et des enseignants
  • Constituer un réseau européen et développer des pratiques communes pour la mesure de la QAI dans les écoles

  • Dioxyde d’azote
  • Ozone
  • Composés organiques volatils (COV)
  • Aldéhydes
  • Radon
  • PM 2,5
  • PM 10
  • Poussières

Les résultats de l’étude Sinphonie montrent qu’un grand nombre d’écolier Européen est exposé à plusieurs polluants et souvent au delà des normes, ce qui peut provoquer des troubles de la concentration ou des problèmes respiratoires.
 
Les enfants passent un tiers de leurs journées à l’école, leur système immunitaire étant encore en développement ils sont  plus sensible  à la pollution de l’air intérieur.

Les mesures de particules fines (PM2,5) de 114 écoles ont été  évaluées, réparties entre 23 pays européens, la valeur médiane, au-dessus de laquelle se situent 50% des établissements, est de 37 µg/m3 d’air.
Bilan: 85% des 5.175 écoliers respirent un air dont la teneur en PM2,5 dépasse le seuil de 10 µg/m3, fixé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour l’exposition à long terme, et 65% celui de 25 µg/m3 -pour l’exposition à court terme. En France on est dans le milieu du tableau.

 


Environ 50% des enfants sont au-dessus du seuil de 100 Becquerel/m3 pour le radon, presque 25% dépassent celui de 5 µg/m3 pour le benzène, et plus de 60% celui de 10 µg/m3 pour le formaldéhyde. Le taux médian de CO2 est de 1.257 ppm, alors que l’OMS conseille de ne pas dépasser la valeur de 1.000 ppm.

 


Comme souvent un manque de ventilation ou insuffisante est relevé dans  86%  des cas.
 
Ce phénomène de confinement augmente les risques de retombés sanitaires, plus de crises d’asthme d’ irritations nasales et cutanées, et  maux de tête, sont  plus fréquents dans les écoles les plus polluées.
 
Les liens entre qualité de l’air intérieur et problèmes sanitaires ainsi que les troubles de l’apprentissage sont avérés, et des études ont mis cela en évidence.

Laisser un commentaire