Études de cas

QUALITÉ DE L’AIR INTÉRIEUR D’UNE COLLECTIVITÉ

 

Observer les contributions du bâtiment, du mobilier et des activités sur les concentrations en polluants.Tester différents scénarios d’aération.

Étudier l’influence de l’aération sur les concentrations de polluants et le CO2 (utilisation d’un indicateur lumineux de confinement consignes d’aération).

 

Etude de cas - Analyse formaldéhyde - Ville de La Rochelle

 

Améliorer la qualité de l’air dans les écoles et les crèches est une priorité pour la collectivité de La Rochelle. Dans une dynamique de promotion de la santé cette collectivité à participé au projet IMPACT’AIR. Avec le soutien de l’ADEME et de la Ligue Contre le Cancer le projet s’est déroule en plusieurs étapes :

Mesures de surveillance et collecte des données terrain 

Interprétation et exploitation des résultats

Mesures dynamiques (In’Air Solutions)

Conclusion et recherches de pistes d’action pour améliorer la qualité de l’air intérieur


In’Air Solutions est intervenu dans la 3e étape du processus. Il a fallu mesurer de manière dynamique la qualité de l’air intérieur des écoles de la collectivité de La Rochelle.

L’intervention de In’Air Solutions a permis de réaliser des analyses de formaldéhyde dans deux salles de classe pendant cinq semaines. Cette technique innovante de mesures des polluants permet de connaître précisément l’évolution des concentrations au cours de la journée, quand les tubes passifs (méthode réglementaire utilisée dans une étape en amont) ne donnent que des moyennes sur la semaine 

 

 L’aération habituelle est insuffisante pour un renouvellement d’air sanitaire satisfaisant.
 
 
Le bâtiment et le mobilier sont les principaux contributeurs de formaldéhyde dans l’air (idem conclusions d’INCITAIR).
 
 
L’hygrométrie et la perméabilité à l’air du bâti sont des facteurs importants dans la dynamique des émissions de formaldéhyde.
 
 
L’ouverture des fenêtres participe à la nette diminution du formaldéhyde et du CO2 avec un effet rapide mais de courte durée. L’aération régulière en présence des enfants est donc à privilégier.
 
 
Le protocole d’aération proposé aux classes (guide OQAI* : une demi-heure d’aération avant la classe, en présence des enfants, à la récréation et après la classe) a été perçu comme trop contraignant et parfois inadapté aux situations réelles de vie de la classe.

L’utilisation d’un indicateur lumineux favorise l’aération des salles de classe. L’information et la sensibilisation aux enjeux de la QAI sont insuffisantes. Un travail de sensibilisation doit être engagé. Il doit s’accompagner d’un engagement de la Ville pour améliorer l’environnement d’accueil au sein de son patrimoine bâti.

 

5 Semaines – 3 Ecoles – 2 Analyseurs

Cliquez pour télécharger le document en PDF

Analyse BTEX - Analyse Formaldéhyde